Politique

Loi de finances 2021: Retour à la centralisation des prises de décisions

Un grand écart entre les paroles et les actes. Le régime actuel parle de décentralisation effective alors que l'autorité centrale compte donc détenir l'ensemble des pouvoirs de décision.

C’est un des points saillants dans le projet de Loi des Finances 2021, critiqué non seulement par les députés TIM mais également par le mouvement Rohy et le Collectif des citoyens et des organisations citoyennes (CCOC). Les transferts, les provisions pour investissements, les nouveaux projets nécessiteront l’aval de la Présidence et de la Primature ou du Conseil des ministres. Ce qui se traduit finalement par un renforcement de la centralisation des prises de décisions.

« Si le contrôle est effectivement nécessaire, cette centralisation trop marquée engendre un risque de dilution des responsabilités, de retard dans l’exécution et remet en question le rôle des ministres en tant que premiers responsables sectoriels, soumis à des obligations de résultats », soutiennent ces membres de la société civile. Ce n’est qu’un point parmi tant d’autres dans ce PLFI 2021, soulevé par ces OSC. Elles demandent par exemple des détails sur l’utilisation des 1125 milliards d’ariary, soit 11% du budget, qui sont sans destination précise.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page