ActualitésBusinessEconomie

Tourisme: Redémarrage difficile pour les hôteliers et restaurateurs

Les professionnels du tourisme ont du mal à retrouver le rythme d'avant la crise du coronavirus. Le marasme a pris le dessus.

L’autorisation d’ouverture jusqu’à 17heures a été une bouffée d’oxygène pour les opérateurs dans l’hôtellerie et la restauration qui figurent parmi les plus impactés par la crise. Le plus dur est maintenant de remonter la pente. « Un démarrage en côte », comme le décrit le PCA de la Fédération des hôteliers et restaurateurs de Madagascar (FHORM), Johann Pless. Car il faudrait en effet que ces opérateurs aient suffisamment d’énergies et de moyens pour redémarrer leurs activités.

En commençant par la récupération des quelques employés qu’ils doivent réembaucher ou encore en investissant dans l’achat quotidien des produits à préparer et à servir. Et ce n’est cependant pas à la portée de tous les opérateurs. Bien que des crédits leur étaient proposés, beaucoup se contentait du peu qu’ils avaient au lieu de prendre le risque de contracter de nouveaux prêts.

Tout ne dépendra d’ailleurs pas seulement d’eux, car il leur faudra également reconquérir les clients, souligne un gérant de restaurant. « Promouvoir des produits pour les attirer n’est pas une mince affaire, surtout que bon nombre d’etre eux se sont même mis à concocter des plats et sont devenus des petits entrepreneurs », explique-t-il.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page