Société

Sécheresse: Le « kere » frappe vigoureusement le Sud

Il n’y avait pas eu une seule goutte de pluie depuis des mois dans le Sud de Madagascar. La plantation est à sec et les ménages commencent déjà à partir dans les autres provinces.

La peau sur les os, des enfants allongés au lit très fatigués mais qui ont trop faim pour pleurer. C’est l’image des enfants dans le district d’Amboasary Atsimo, décrite par la députée élue dans cette localité, Solange Angèle. Elle avait même relayé sur les réseaux sociaux l’existence de huit enfants décédés dans le village d’Ankilimarovahatse, commune rurale d’Ifotaka, la semaine dernière.

« Sans pluie pendant neuf mois, l’eau se fait rare partout et le fleuve de Mandrare s’est tari. Ce n’est pas seulement les enfants qui en souffrent. Même les adultes n’arrivent plus à tenir debout et sont contraints de s’allonger parce qu’ils ont faim », déplore-t-elle. Les pâturages pour les bétails sont quasi inexistants et les zébus et les chèvres meurent car eux aussi ne résistent pas à la faim et à la soif.

A cause du déficit pluviométrique, de nombreux ménages commencent déjà à plier bagages ou vendent leurs biens comme les ustensiles de cuisine au marché, dans le district de Tsihombe. Mais là encore c’est un autre problème car les foyers n’ont pas les moyens de les acheter. Les récoltes qui constituent leur source de revenu sont quasiment inexistantes et les réserves sont vides.

Selon la députée élue dans cette localité, Masy Goulamaly, ceux qui en ont les moyens préfèrent s’enfuir de ce désastre et rejoignent Mahajanga, Morondava ou Toliara. Selon toujours cette élue, cette situation ne date pas d’hier mais c’est durant le mois de septembre que les choses se sont empirées bien qu’aucun décès n’ait été encore rapporté jusqu’ici. Elle suggère à ce que les aides d’urgences puissent se focaliser sur la distribution de vivres car les habitants n’ont plus la force de travailler pour les programmes « argent contre travail ».

Aide d’urgence pour sept districts

L’heure est grave, le ministère de la Population et ses partenaires prévoient d’envoyer des vivres dans le Sud si une partie de ces aides devraient déjà arriver sur place, sauf changement de dernières minutes. Sept districts touchés par la sècheresse sont concernés par cet appui. 1.000 personnes par jours sont jusqu’ici prévus bénéficier de ces vivres pendant une période de trois mois. Il s’agit de Bekily, Ampanihy, Ampanihy, Tsihombe, Beloha et Ambovombe. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a déjà effectué une descente pour constater de visu les faits et mener des investigations sur les décès évoqués. Le gouverneur d’Androy, Soja Lahimaro, quant à lui n’a pas encore confirmé l’existence des enfants décédés. « Par honte, les familles ont toujours dissimulé les victimes du « kere ». Aucun rapport officiel ne nous est pas encore parvenu concernant les décès évoqués dernièrement », a-t-il souligné.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page