Société

Résultats médiocres du BEPC blanc pour Tanà

Le niveau des collégiens des établissements scolaires publics qui ont participé à l’examen blanc du BEPC est catastrophique. Bien qu’il y ait eu trois sortes de notes d’admission, le taux de réussite n’a même pas franchi le cap des 50%.

Mauvais résultats! Plus de la moitié des candidats, ayant participé à l’examen blanc pour l’obtention du Brevet d’études du premier cycle de l’enseignement secondaire (BEPC) dans la Circonscription scolaire (Cisco) Tana-ville, sont recalés.

Trois sortes de seuil d’admission ont été fixées pour cet examen blanc. Il y a entre autre la moyenne de 10/20, qui est d’ailleurs la note requise durant les épreuves officielles. Il y a également les notes délibératoires de 09,05/20 et de 09/20. Ainsi, 19,59% des candidats ont obtenu la moyenne de 10/20 contre 25,02% pour la moyenne de 09,05/20 et 32,72% pour la note de 09/20. C’est le résultat obtenu auprès des quinze Collèges d’enseignement public (CEG) de la Capitale, où le taux de participation à cet examen est de 95,11%.

«Chaque collège d’enseignement général public est libre de choisir leur seuil d’admission, si pour l’examen officiel, la note délibératoire ne devrait pas être en dessous de 09/20. L’objectif étant d’effectuer une analyse et interprétation des résultats pour rehausser le niveau des collégiens, lorsque le besoin se présente», explique l’adjoint pédagogique au niveau de la Cisco Tana-ville, Zoelifara Ranoroaliravaka.

Comme à l’accoutumée, la médiocrité des collégiens en mathématiques fait l’unanimité chez les enseignants. Selon toujours cette responsable au niveau de la Cisco Tana-ville, la majorité d’entre eux ont obtenu une note en dessous de 10/20. Les meilleures notes ont été par contre attribuées à trois matières. Il s’agit du Malagasy, de l’anglais et de la Science de la vie et de la terre (SVT).

Les moyennes obtenues par les candidats sont affichées dans leurs établissements scolaires respectifs. Les candidats auront ainsi l’opportunité de prendre un recul jusqu’au jour « J » des épreuves officielles prévues le 14 septembre et qui prendront fin le 18 septembre.

Inégalité de chance pour les candidats

Malgré la médiocrité des résultats, les collégiens d’Antananarivo n’auront pas droit à un second galop d’essai à cause de la crise sanitaire que traverse le pays. Toutes les CISCO ne sont pas sur le même pied d’égalité dans l’organisation des épreuves officielles.

Certaines ont déjà achevé les épreuves d’Education physique et sportive (EPS), si d’autres n’ont même pas encore parvenu à définir une date pour la tenue des épreuves, et c’est le cas pour Tana-ville.

Le calendrier scolaire a été aussi chamboulé par le coronavirus, certaines localités comme Toamasina ont dû suspendre les cours depuis le mois de mars. Toutefois, aucune consigne n’a été donnée jusqu’à présent par rapport à l’organisation d’une épreuve spéciale pour les zones dont les classes ont été vaquées. Quoi qu’il en soit, d’ici deux mois, tous les candidats inscrits à l’examen du BEPC sur tout le territoire national, seront contraints de se présenter aux épreuves officielles qu’ils aient achevé ou non leurs programmes scolaires.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page