Société

Nouvelles technologies: Les emprisonnements liés à la cybercriminalité en hausse

Seize personnes ont été placées en détention provisoire sur cinquante-quatre plaintes reçues. Les chefs d’accusations étaient liés à la cybercriminalité.

Les infractions pénales sur internet sont en hausse. C’est le constat de la gendarmerie nationale depuis le début de cette pandémie. Cinquante -quatre affaires sur la cybercriminalité ont été portées en justice en cinq mois. Diffusion de fausses informations, escroquerie et propos injurieux à l’encontre des hautes personnalités font partie des chefs d’inculpations des auteurs de ces infractions selon le colonel Jocelyn Randrianarijaona, Directeur de la police judiciaire auprès de la gendarmerie nationale. Quatre d’entre eux ont pu bénéficier d’une liberté provisoire, seize placés sous-mandat de dépôt, neuf placés sous contrôle judiciaire, deux condamnés à un emprisonnement avec sursis et amende.

« Ces infractions peuvent avoir des répercussions sur le maintien de la paix sociale. Chacun devrait être responsable de ses actes, que cela soit des publications ou des partages », a-t-il souligné.

Avec le développement de la technologie, les réseaux sociaux sont devenus une plateforme pour les citoyens pour s’exprimer si auparavant les émissions radiophoniques ont été beaucoup plus prisées. Des groupes ainsi que des pages ont été ainsi créées pour que les internautes puissent émettre leurs avis librement sur des sujets différents. Parmi eux figure le groupe « ndao handalina politika avo lenta » sur facebook qui fit partie des plus suivis.

Cependant, la modératrice de ce groupe est aujourd’hui poursuivie en justice. L’atteinte à la sûreté de l’Etat et la diffusion de fausses nouvelles font partie de ses chefs d’accusation. Elle n’a pas toutefois nié que certains internautes dépassent parfois les limites. Nombreux aussi sont ceux qui sont intéressés par les mauvaises que les bonnes choses. « Contrairement aux images à caractère pornographique, les « j’aime » et les partages sont très rares pour les publications qui parlent d’une opportunité ou qui diffusent des ondes positives », a-t-elle souligné.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page