Société

Les droits des handicapés encore peu respectés  

Plusieurs points encore à améliorer. C’est ce que la Plateforme de la fédération des personnes en situation de handicap (PFPH) affirme actuellement à propos de la loi concernant les personnes en situation de handicap.

Madagascar a ratifié en 2014 la convention internationale relative aux droits de cette catégorie de personnes. Elle impose aux pays signataires la mise en place des dispositifs légaux pour le respect de leurs droits. Cependant , les textes à Madagascar ne suivent pas encore les recommandations y afférentes. Madagascar vient de célébrer la journée mondiale des personnes handicapées, qui a été marquée par une sensibilisation et divers stands à Analakely.

« Cette convention énumère tous les droits des personnes handicapées qui doivent être respectés comportant vingt points essentiels si la loi n°97-044 du 2 février 1998 ne cite que quatre points. Un amendement s’impose donc car il manque en tout seize points comme le droit à l’élection, le planning familial ainsi que bien d’autres encore»,selon Josoa Rafidiniantsoa, directeur exécutif de la PFPH.

Outre les lacunes juridiques, les personnes en situation de handicap sont aussi contraintes de faire face à plusieurs obstacles dans leur quotidien. Il y a entre autres le coût des équipements ou des médicaments qu’ils doivent prendre quotidiennement comme c’est le cas pour les personnes présentant des troubles mentaux.

«Les cannes ou encore les attelles sont très couteux et peuvent aller jusqu’à 120 000 ariary, pourtant rares sont les personnes en situation de handicap qui disposent une source de revenus», enchaine ce responsable. Le manque d’infrastructures adéquates à leur situation dans l’administration publique est aussi un réel problème.

Afficher plus

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page