Santé

La peste fait une nouvelle victime à Analamanga

C’est dans le district d’Anjozorobe que l’on a enregistré le premier décès dû à la peste à Analamanga. Au total, cette maladie a déjà tué quatre personnes depuis le début de la saison pesteuse.

Analamanga n’est pas épargnée par la peste. Nous ne sommes qu’en début de la saison pesteuse mais cette maladie fait déjà parler d’elle.  Après les deux victimes à Vohibato dans la Haute Matsiatra, Analamanga a aussi enregistré son premier décès. La victime a succombé dans le district d’Anjozorobe. Un autre cas a été également signalé à Manandriana, dans l’Amoron’i Mania.

Ces  personnes décédées font parti des huit malades qui sont sur la liste des cas confirmés, selon les statistiques du ministère de la Santé publique. Quatre d’entre elles ont donc pu survivre à cette maladie dont un patient qui a été localisé à Manjakandriana dans la région Analamanga et les trois autres à Vohibato. Ces cas ont été notifiés du 1er août au 22 octobre et ont été tous contaminés par la peste bubonique, d’après toujours le ministère. Ces patients ainsi que leurs entourages ont déjà reçu le traitement nécessaire pour limiter la propagation de cette maladie.

En parallèle, l’équipe du ministère de la Santé publique renforce actuellement les actions de sensibilisation. Malgré l’intensification de cette opération, les agents de santé ont l’impression de  prêcher  dans le désert, selon le directeur de la promotion de la santé auprès dudit ministère, le Dr Manitra Rakotoarivony. C’est surtout le cas dans les foyers pesteux car les habitants sont déjà habitués à cette situation en cette période de l’année.

Les sensibilisations concernant l’assainissement et l’hygiène ne sont pas également prises aux sérieux. C’est également le cas pour les feux de brousses qui encouragent les rats à envahir les villages.  «Chaque année, nous encourageons toujours les personnes qui présentent des signes suspects comme le ganglion à se précipiter dans les formations sanitaires. Malheureusement, les malades ne rejoignent les centres de santé que lorsque la situation s’aggrave», a-t-il souligné.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page