ActualitésEconomie

Pêches: Recrudescence des prises illégales

Une récente publication de la Banque mondiale souligne que la moitié de la production totale du secteur de la pêche provient des prises illégales. Voilà entre autres comment se sont soldées la surpêche et les pratiques de pêches nocives pour l'environnement.

D’après les explications de Julien Million, chef d’un projet sur la gouvernance des pêches dans l’océan Indien, « seule une pirogue sur cinq, soit 22%, est immatriculée auprès des autorités, les prises ne sont généralement pas déclarées, les évaluations des stocks de poissons sont rares et les données économiques limitées ». Les stocks sont alors exploités au-delà des limites biologiques, économiques ou encore sociales, a-t-il averti.

Cette situation n’est pas à prendre à la légère. Le secteur de la pêche est en effet une source de revenus pour près de 1,5 millions de Malgaches alors qu’avec cette situation, les stocks sont donc désormais menacés d’épuisement. Le ministère de la pêche mise sur une pêche responsable mais la route reste longue pour que cela se concrétise.

« Un des grands défis du secteur est de trouver le juste équilibre entre la pêche économique et la pêche responsable. Nous poursuivons ainsi la valorisation de l’économie bleue, tout en préservant l’écosystème marin et encourageant l’exploitation durable des ressources naturelles », lance le ministre Lucien Ranarivelo.

Mais ce responsable se doit bien de joindre les actes à sa parole, notamment dans la délivrance des licences de pêches à des grandes sociétés étrangères pointées du doigt d’exploiter à fond le peu de ressources disponibles. Sans parler des accords de pêches avec les autres pays, censés être révisés mais qui, jusqu’à ce jour, ne le sont pas.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page