ActualitésEconomie

Fermeture de AAA: Le lait du Vakinankaratra privé de debouché

La fermeture de l'usine AAA engendre une énorme perte de marché pour des milliers de fermiers dans la filière lait. Ces derniers réclament ainsi sa réouverture.

Désarroi des producteurs du Vakinankaratra. Les fermiers qui approvisionnaient quotidiennement en lait l’usine AAA à Andranomanelatra se trouvent dans une situation de surproduction. Ils doivent  trouver des clients où écouler les 100 000 litres de laits qu’ils livraient chaque jour auprès de cette usine qui a été soudainement fermée par l’État. Ce, au risque de devoir les jeter, comme ce qui vient de se produire déjà à Antsirabe, samedi matin.

Jeter du lait est pourtant loin d’être une solution simple, et encore moins un gaspillage. Ceux qui sont dans cette filière comprennent l’étendue du problème. Déjà trouver des nouveaux clients prêts à acheter une aussi grande quantité de produits n’est pas une mince affaire pour ces fermiers. Ceux qui auront la chance d’en trouver seront certainement contraints de brader leur produit. Les autres n’auront pas cette chance or il faut savoir que la plupart d’entre eux ne disposent pas d’une technologie qui leur permet de conserver ou de transformer leur production.

En tout cas, le problème de la société AAA pousse à la réelle interrogation sur l’industrialisation à Madagascar et surtout sur ce que l’État entend par promotion du Vita Malagasy. La fermeture de ce fleuron de l’industrie malgache n’impacte pas seulement son propriétaire mais à plus forte raison les milliers de familles qui dépendent directement ou indirectement de ses activités. Ce qui explique la manifestation et revendication des laitiers de Vakinankaratra pour la réouverture de cette usine à Andranomanelatra et la reprise de ses activités.

A l’heure où le pays traverse une crise sans précédent, l’État doit normalement apporter son appui aux industriels pour la relance économique au lieu de s’acharner contre eux. L’Etat doit leur offrir les moyens pour leur permettre de maintenir des emplois plutôt que de les presser et les contraindre à envoyer leur employés au chômage.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page