ActualitésEconomie

Défaillance de la Jirama: Plus d’un mois de délestage tournant pour Toamasina

Toamasina a droit depuis plusieurs jours à sa dose quotidienne de délestage. La Jirama peine à combler son besoin en électricité avec la vétusté des moyens de production.

Le calvaire dure depuis plus d’un mois pour la population tamatavienne. D’après ce qu’a rapporté le conseil d’administration de la Jirama, Soloniaina Andriamanampisoa, la société d’État a été contrainte de procéder durant toute cette période à des délestages, à cause d’un gap d’énergie produite. S’étant en effet rendu sur place dernièrement, ce responsable rapporte que deux groupes censées produire 8 mégawatts pour la ville du Grand port sont tombées en panne.

La production actuelle de la Jirama accuse alors un gap de 10 mégawatts par rapport au besoin de cette capitale économique du pays. Enelec, qui est le prestataire de la Jirama dans la production d’électricité à Toamasina, aurait alors eu l’autorisation de dépêcher des techniciens étrangers pour les travaux de réparation. Les pièces de rechange ne devront également plus tarder à arriver au pays, rassure Soloniaina Andriamanampisoa.

Quid des clauses des contrats

Aussi, une partie du problème devra être réglée la semaine prochaine avec la remise en marche de la première groupe de 4 mégawatts. L’autre groupe est prévue être réparée en mi-septembre, a-t-il indiqué. Cette situation vient pourtant remettre en question les clauses des contrats qui lient la Jirama à ses prestataires. Premièrement, il n’y a qu’à voir l’état de la plupart des groupes utilisées par ces opérateurs. Qu’en est-il ensuite des pénalités, en cas de manquement à leurs obligations ? Les techniciens locaux de la Jirama ne peuvent-ils pas également réparer ces groupes pour qu’on fasse appel à des techniciens étrangers ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page