ActualitésPolitique

Conjoncture: L’Etat s’enlise et peine à instaurer un système d’aide efficace 

L’Etat a fini par céder à la grogne des habitants et annonce que la distribution des "aides sosialim-bahoaka" est suspendue pendant au moins trois jours dans la capitale. Le temps d’établir une nouvelle liste des bénéficiaires.

Quatre mois de crise sanitaire et toujours pas de modèle de protection sociale efficace pour la population. Depuis le mois de mars, entre le « VatsyTsinjo », le « Tosika fameno » et maintenant le « Sosialim-bahoaka», ce sont les appellations qui changent mais le constat reste le même: les   aides de l’Etat n’arrivent pas jusqu’à ceux qui doivent en bénéficier et chaque distribution est source d’une véritable pagaille.

Entre l’insuffisance des aides et les suspicions de favoritisme par ceux qui sont chargés d’identifier les bénéficiaires, l’Etat peine à instaurer un système de protection sociale efficace pour faire face à cette crise.

Après avoir évité de justesse et pour l’énième fois les débordements, l’Etat a décidé de suspendre l’opération «sosialim-bahoaka » pendant quelques jours. Cette suspension provisoire ne concerne que les 192 fokontany de la Capitale. Le temps pour les responsables d’établir une nouvelle liste des bénéficiaires de cette aide.

« Les responsables au niveau des districts, de la région, de la commune effectueront une descente conjointe pour appuyer les chefs fokontany dans la confection d’un nouveau registre. Les ménages qui n’ont plus de sources de revenus et qui se trouvent dans le grand besoin seront priorisés» selon le ministre de l’Intérieur, Tianarivelo Razafimahefa.

Ainsi, la reprise de la distribution des aides « sosialim-bahoaka » est prévue d’ici quatre ou cinq jours, c’est-à-dire vers le 11 août. C’est ce qui a été annoncé par le ministre de la Communication, Lalatiana Rakotondrazafy. Elle a aussi annoncé qu’une structure sera mise en place après la confection de cette nouvelle liste pour les éventuelles réclamations.

Les chefs fokontany ont été toujours pointés du doigt à être les premiers responsables de ce chaos. Durant ses déplacements, le Chef d’Etat, Andry Rajoelina, s’est même permis de les mettre en garde surtout ceux qui seraient tentés de détourner les aides. Désormais, ils seront surveillés de près par les autorités. Le ministre de l’Intérieur, le ministre de la Communication, le gouverneur de la région Analamanga et le magistrat de la ville ont ainsi annoncé les nouvelles mesures.

En attendant, la distribution dans les chefs-lieux de province ainsi que les districts les plus impactés par cette pandémie se poursuit. Il s’agit entre autres de Fenoarivo Atsinanana, Moramanga, Ambatondrazaka, Nosy Be et Antsirabe I. Aucune précision, cependant, n’a été annoncée si le chef de l’Etat s’abstiendra, cette fois-ci de provoquer les attroupements. En tout cas, il s’est déplacé à Fianarantsoa pour refaire le même show dans le cadre de la remise de « sosialim-bahoaka ».

L’étau se resserre autour des chefs fokontany

A l’allure où les choses vont, les chefs Fokontany sont plus que jamais sur la sellette. Avant ce chaos, certains d’entre eux ont été déjà remplacés du jour au lendemain sans aucune raison valable si d’autres ont reçu des «avertissements». Ce qui a provoqué la grogne des habitants car les successeurs de ces chefs fokontany sont réputés comme étant des proches du pouvoir. Des manifestations ont même eu lieu à Andavamamba et Ampefiloha Ambodirano pour contester ces décisions. Dernièrement, les habitants d’Ankadilalana avaient également fait pareil.

 

 

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page